Version imprimable

Bodybuilding

Le Bodybuilding fait partie d’un nombre restreint de sports basés sur le développement de la force, d’un physique équilibré et harmonieux. Si d’autres sports intensifs et d’exécution brève comme le powerlifting (force athlétique) ou l’haltérophilie sont essentiellement basés sur l’optimisation ultime de la puissance musculaire développée, le bodybuilding mise avant tout sur l’équilibre et l’esthétique de chaque groupe musculaire présenté par les athlètes.

Consultez ou posez vos questions à ce sujet...

Le Bodybuilding est un sport qui s’est considérablement développé à partir de la fin du 19ème siècle avec le travail de popularisation et de modernisation de ce sport opéré par l’entreprise Weider, agissant comme un véritable monopole sur les sports de force, puis par l’arrivée de champions qui devinrent de vrais légendes du bodybuilding comme Steeve Reeves, Larry Scott, Arnold Schwartzeneger, Lou Ferrigno et bien d’autres encore…

Définition du bodybuilding, ses fondements, ses principes…

Basé sur le développement musculaire en masse, en volume et en définition du muscle, le bodybuilding fait un peu partie des sports à part où la construction d’un physique s’apprécie d’abord pour elle-même, puis pour le plaisir des compétitions amateurs ou professionnelles. De tous les sports que l’on puisse pratiquer, le Bodybuilding fait sans doute partie des activités physiques les plus passionnantes, les plus ingrates mais aussi des plus valorisantes sur le long terme. La musculation, quand elle est pratiquée pour elle-même, est un sport souvent ingrat car elle demande une quantité invraisemblable d’énergie et d’efforts quotidiens même si ces sacrifices finissent toujours par être récompensés à long terme.

Aujourd’hui, le bodybuilding est pratiqué autant par des hommes que par des femmes, de 16 à plus de 80 ans pour certains athlètes. Considéré comme une passion pour la majorité des pratiquants, le bodybuilding peut aujourd’hui se concevoir sous différents aspects, amateur ou professionnel. Il contribue à l’épanouissement social et identitaire de ceux qui s’adonnent à cette activité physique particulièrement gratifiante, du tout premier entraînement jusqu’à un arrêt, très lointain de toute activité liée au bodybuilding.

L’histoire du Bodybuilding ou de la culture physique

Si en France, on parlait encore de culturisme pour culture physique, le bodybuilding trouve ses racines dans l’antiquité gréco-romaine ou la culture du corps est érigé en véritable philosophie et en art de vivre, au même titre que la culture de l’esprit. Pour Socrate, la culture du corps est indispensable à l’homme civilisé {l’homme de la cité} et s’érige en vertu esthétique tout autant que la vertu morale ou intellectuelle.

Près de deux millénaires ont passé et l’on verra apparaître les premiers gymnases vers les années 1800 où la culture de l’homme fort est mise en valeur. À l’époque, la musculation s’apparentait plutôt à la pratique d’une gymnastique avec manipulation d’haltères et de barres qui présumaient déjà de ce que serait le bodybuilding moderne. Il aura fallu attendre le début du 20ème siècle pour que les fameuses méthodes Weider, du nom des frères Joe et Ben Weider, révolutionne le monde de la culture physique et fassent entrer les athlètes dans l’ère du bodybuilding moderne.

De l’esthétique aux compétitions de Titan

Le premier objectif des bodybuilders consiste à renforcer sa musculature par le biais d’exercices multiples et de l’augmentation des charges de travail. Le Bodybuilding correspond donc essentiellement à une adaptation physiologique et morphologique des athlètes, permise en cela par l’extraordinaire capacité adaptative du corps humain à n’importe quel type de stress nerveux. En ce sens, les bodybuilders les plus massifs véhiculent surtout l’image d’une maîtrise totale de leur corps, bâti dans la démesure. Par rapport au commun des mortels qui lui, ne pratique pas ce genre d’activité physique particulièrement intense.

L’image du bodybuilding la plus largement diffusée à travers le monde correspond à celle de compétitions faisant la démonstration d’un corps massif, volumineux et défini à l’extrême par une préparation physique préalable, à base d’exercices intenses pouvant s’étaler sur plusieurs années. Cette image particulière d’un sport où les compétiteurs ont déjà réalisé l’essentiel de leur travail contribue parfois à faire croire qu’il s’agit d’un sport simplifié à l’extrême où il ne s’agirait que de lever des charges, de grossir et de perdre la quasi-totalité de ses réserves de graisses. Rien n’est plus éloigné de la réalité que ces croyances. 

Le bodybuilding, un sport technique et complexe

Si des champions comme Arnold Schwartzeneger, Ronnie Coleman ou Lou Ferrigno ont considérablement contribué à populariser le bodybuilding, ils n’ont que rarement présenté ce sport comme la somme gigantesque d’exercices physiques intenses, sauf peut-être pour le légendaire Arnold Schwartzeneger après la sortie de son documentaire Pumping Iron. Avec ce film, les spectateurs se rendent compte que le Bodybuilding repose avant tout sur des techniques d’entraînement et la réalisation d’exercices ou de séries d’exercices parfois complexes, de méthodes d’entraînement qui demandent autant de rigueur que d’imagination afin de pousser le muscle et sa résistance dans ses derniers retranchements.

L'éssentiel
La nécessité d’aller au-delà de la simple résistance du muscle consiste, avec le bodybuilding, à forcer les muscles à s’adapter constamment aux charges et à l’intensité des exercices afin de pouvoir à nouveau supporter le stress neuromusculaire au prochain entraînement. A ce stade, les bodybuilders poussent leurs muscles jusqu’à la limite et produisent des micro-déchirures que l’organisme ira ensuite compenser par le phénomène de l’hypertrophie ou de l’hyperplasie. C’est donc au moment de la récupération, et non en salle de musculation, que la prise de masse ou de volume musculaire a lieu

La modernisation du bodybuilding hérite des Weider et d’illustres champions


Joe Weider

Au niveau des techniques employées, Joe Weider aura sans doute défini l’essentiel même si des champions hors du commun comme Tom Platz, Mike Mentzer ou Francis Benffato auront également apporté leur pierre à l’édifice – technique – du bodybuilding moderne. Les méthodes d’entraînement en supersets, dropsets, séries négatives, double split, Heavy Duty et d’autres programmes d’intensité musculaire font aujourd’hui du Bodybuilding un des sports les plus techniques de toutes les activités physiques, du moins, pour les professionnels ou les amateurs exigeants recherchant l’excellence dans leur sport, avec et par le bodybuilding.   

Aujourd’hui, le bodybuilding ne cesse de se complexifier tout en restant abordable par tout un chacun, même si l’aspect alimentaire ou la sophistication des compléments alimentaires d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec ce qui se faisait il y a de cela à peine 20 ans. Nous en reparlerons plus bas dans cet article.

Si l’entraînement des bodybuilders repose aujourd’hui en grande partie sur les principes Weider, ils suivent également plusieurs phases saisonnières où les athlètes vont d’abord chercher à développer leur masse musculaire (période de prise de masse), puis à sécher (phase de définition) et à prendre du volume par la suite. En réalité, le bodybuilding a littéralement inventé l’entraînement par cycle, ce qui permet à l’organisme et aux muscles de ne jamais s’adapter à une technique d’entraînement.

La nutrition sportive des bodybuilders : la clé de voûte du système !

Sur le plan nutritionnel, le Bodybuilding est un sport tout aussi exigeant que sur le plan de l’entraînement physique. L’importance des protéines et donc, des acides aminés dont elles sont composées s’avère critique sur le plan de la récupération ou de l’énergie. Pourtant, l’importance première des hydrates de carbone n’est jamais négligée, des nutriments essentiels à la libération de l’énergie pendant l’entraînement.

Cependant, le bodybuilding, comme tous les sports de force, est une activité physique anaérobique, de forte intensité et de courte durée, c’est à dire qui ne brûle pas d’oxygène et donc, qui brûle très peu de graisse. La principale source d’énergie des sports de force reposera donc sur l’ATP (l’adénosine triphosphate) et son recyclage par la créatine. L’énergie créée durant cette courte période de temps est développée par les phosphates puis par les lactates (par erreur, on parle d’engorgement des muscles par l’acide lactique) mais l’ensemble de ces substrats énergétiques dépendent indirectement des hydrates de carbone.

Pour faire face à cette demande énergétique conséquente et la nécessité de consommer une plus grande quantité de calories que pour un sédentaire, le marché des suppléments nutritionnels s’est fortement développé depuis les années 1940, en rapport avec l’évolution du bodybuilding. On compte actuellement plus de 750 marques (au minimum) à travers le monde, pour un nombre de produits différents devenu incalculable.

Toujours est-il que l’alimentation hypercalorique ou hypocalorique suivant les cycles d’entraînement suivis (prise de masse ou de sèche musculaire) est d’une importance primordiale pour le bodybuilding. Les prises de Protéine et/ou de glucides entoure le moment de l’entraînement, avant et après. Naturellement, les apports en micronutriments comme les vitamines, minéraux et oligoéléments sont surveillés de près. Le timing des prises de calories est particulièrement important pour alimenter le corps de manière constante. Les phases de préparation à l’entraînement et de récupération post-exercice ont également une grande importance et conditionne souvent les progrès des adeptes du Bodybuilding.   

Le bodybuilding et l’évolution du complément alimentaire en complexité

Aujourd’hui, nous savons grâce à la recherche que certains nutriments insoupçonnables jouent un rôle important dans la construction musculaire et sont indirectement impliqués dans la prise de muscle comme le zinc, l’acide Aspartique ou la vitamine D. En effet, la recherche scientifique évolue à grande vitesse et les compléments alimentaires proposés ne cessent de gagner en technicité.

Avec les années, les processus de filtration des protéines se sont considérablement améliorés, les protéines proposées sur le marché sont actuellement d’une pureté incomparable. Le lactosérum (communément appelée la whey) fait partie des protéines les plus consommés pour ses qualités même si des mélanges de caséine à base de petit-lait, de caséine et d’albumine d’œuf s’avèrent particulièrement utiles aux bodybuilders pour prendre de la Masse. Notons également que ce principe de la prise de masse en bodybuilding ne dépend pas seulement d’une prise des protéines mais également des Hydrates de carbone, première source énergétique du vivant, l’être humain y compris.

Les catégories de compléments alimentaires se multiplient

Ces compléments nutritionnels à base de protéines et de glucides multiples (Maltodextrine, amidon de maïs, tréhalose, amylose…) constituent ce que l’on appelle des gainers. Également riches en acides gras essentiels, en vitamines et minéraux, les gainers sont particulièrement appréciés des débutants du bodybuilding car ils leur permettent de prendre rapidement du poids et de la masse musculaire.

Les bodybuilders confirmés sont également très friands des gainers car ils leur permettent de prendre de la masse rapidement en leur apportant un grand nombre de calories nécessaires au développement de leur force. Une fois que les bodybuilders ont atteint le poids corporel qu’ils s’étaient fixé, ils modifient leur alimentation afin de perdre la graisse accumulées (inévitablement) et gardent le surcroît de muscle gagné. De même, il existe des formules hybrides à base de protéines et de glucides moins caloriques que les gainers qui ont été élaborés pour favoriser la récupération post-exercice. Ces nouvelles formules sont riches en nutriments comme la créatine, les BCAA (acides aminés branchés), la Glutamine, le bêta alanine et d’autres substances naturelles qui pourraient raccourcir le temps de récupération après l’entraînement. 

La Congestion musculaire augmentée grâce à un principe biochimique peu connu

Encore peu connu du grand public, l’oxyde nitrique est une simple molécule qui assure plusieurs fonctions dans l’organisme, notamment celle de la vasodilatation. Etudié par la recherche scientifique depuis la fin des années 1990, cette molécule facilite la congestion musculaire et rend de nombreux services aux bodybuilders. Effectivement, sur le plan athlétique, le gain de Masse musculaire dépendra soit de la congestion des muscles travaillés, un indice de l’accélération du métabolisme énergétique, ou du travail de la force, une constante des sports anaérobiques, Bodybuilding compris.

Les adeptes du bodybuilding profitent de ces compléments alimentaires spécifiques basés sur l’arginine et d’autres acides aminés depuis moins de 15 ans. Efficaces, ces stimulants d’un nouveau genre permettent aux bodybuilders d’accélérer naturellement leur croissance. Pourtant, le bodybuilding et ceux qui se passionnent pour ce sport profitent également d’un nouveau genre de suppléments nutritionnels qui reposent en grande partie sur la science millénaire indienne de l’Ayurveda où les végétaux tiennent une place primordiale.

Tout a commencé avec le Tribulus Terrestris…

Connu sous le nom de Tribestan comme étant la première formule à base de Tribulus Terrestris, il s’agirait d’une plante commune ayant la capacité de travailler sur le taux de libération des androgènes et de constituer un ergogène valable. Depuis, et même si le Tribulus Terrestris continue de rencontrer le succès, d’autres extraits végétaux dont on ne découvre que maintenant les propriétés étonnantes sur la performance, commencent à se vendre et à être développés sous la forme de compléments alimentaires un peu partout dans le monde.

Naturels et loin des substances dopantes synthétiques, il s’agit à nouveau d’une nouvelle catégorie de suppléments nutritionnels dont bénéficie les bodybuilders. Actuellement, il ne se passe pas un jour sans qu’une entreprise du complément alimentaire ne mette au point une nouvelle formule censée apporter un avantage sur la prise de muscle, sur le volume ou la définition musculaire. D’autres molécules sont également utilisées par les adeptes du bodybuilding, notamment certains acides aminés et leurs métabolites comme le HMB, la leucine et d’autres encore mais le caractère commun de ces compléments alimentaires est d’abord de présenter un caractère légal et donc, de ne pas constituer un danger pour la santé de ceux qui les utilise, tout en étant consommables par tout un chacun. Ce n’est pas le cas d’autres substances, souvent synthétiques, considérées comme dopantes et passablement dangereuses pour la santé de ceux qui s’en servent.

La quête de la masse à tout prix : le dopage en Bodybuilding

Si aucun sport n’est épargné par la question du dopage, le bodybuilding fait partie des sports les plus touchés par ce fléau qui compte tous les ans son nombre de morts, dans un silence particulièrement assourdissant.

Tout le monde aura entendu parlé des stéroïdes anabolisants, il s’agit de la classe biochimique majeure des substances dopantes utilisées par les bodybuilders même s’ils sont loin d’être les seuls ergogènes illégaux à avoir prouvé leur valeurs et leurs dangers potentiels. L’univers du bodybuilding connaît le dopage depuis les années 1950, peu après les premières manipulations en laboratoire des premiers échantillons de testostérone synthétique. Ajoutons, sans se voiler la face, que le dopage touche essentiellement le milieu professionnel du bodybuilding mais que le milieu des amateurs est également très touché par ce danger.   

Pour le grand public, et surtout les jeunes qui veulent se lancer dans le Bodybuilding, le rapport évident entre l’image de professionnels dopés et leurs objectifs athlétiques n’est jamais très réaliste. Si comme tous les sports, le bodybuilding produit une émulation par imitation des exemples du sport, les jeunes finissent toujours par se rendre compte qu’ils n’atteindront jamais la masse d’un participant à Mister Olympia mais inconsciemment, ils continuent de penser le contraire et un jour, certains finissent par passer la ligne rouge.

Les publicités des magazines spécialisés du bodybuilding, poussées par certaines marques à gros budget continuent de présenter des athlètes manifestement dopés en compagnie de leurs produits, l’émulation et l’envie biaisée de croire au miracle continuent de fausser l’esprit des jeunes bodybuilders en dépit du bon sens. Un jour, la question du choix s’impose pour un certain nombre d’entre eux, en dépit de la dangerosité des substances, du manque de contrôle médical, de la complaisance de certains médecins du sport, des effets secondaires inévitables et de l’impossibilité quasi-totale de faire carrière dans le monde du bodybuilding, surtout en Europe.

Le Bodybuilding professionnel, un monde sportif hors norme

De là à dire que le monde du bodybuilding professionnel n’est constitué que d’athlètes ayant recours au dopage serait abusif. Ajoutons simplement que pour ce sport, le dopage représente sans doute un problème majeur et que malheureusement, le grand public - ceux qui font vivre le marché du bodybuilding - exige de voir des physiques hors normes, avec une qualité et une masse musculaires impossible à acquérir sans une aide ergogène totalement illégale. Si les choses doivent changer pour le bodybuilding, elles changeront d’abord par une modification profonde de la mentalité du public. Cependant, rien n’est fait pour que cela change, bien au contraire car le Bodybuilding est un sport de l’extrême, autant pour les athlètes que pour les amateurs.

Le bodybuilding à travers le monde

Généralement, les bodybuilders se réfèrent surtout aux USA lorsqu’il parlent de bodybuilding, l’Europe étant largement moins médiatisée sur le plan professionnel alors que la quasi totalité des athlètes les plus médiatiques sont américains. Plusieurs raisons expliquent cela mais de dire que le marché du Bodybuilding est surtout restreint aux USA n’est pas loin de la vérité. Si des athlètes européens se confrontent parfois aux américains, le monde commercial et médiatique du Bodybuilding reste cependant lié aux USA.

Le rôle prépondérant de la première fédération au monde du bodybuilding (l’IFBB), créée par les frères Ben et Joe Weider explique sans doute partiellement pourquoi le bodybuilding professionnel se concentre à ce point aux Etat Unis. Heureusement, d’autres fédérations influentes comme la jeune WBF fondée en 1990, la WABBA, la fédération africaine FIBBA, la WBFF, la WNBF (World Natural Bodybuilding Federation) ou la fédération canadienne CBBF contribuent à faire rayonner l’influence du Bodybuilding à travers le monde entier.          

Les grandes compétitions du bodybuilding : l’Arnold Classic et L’Olympia

Les plus grandes compétitions du bodybuilding se concentrent également aux USA, l’Arnold Classic, le Mr Univers et Mister Olympia étant les compétitions internationales annuelles les plus représentatives du bodybuilding.

L’Arnold Classic se déroule chaque année à Colombus dans l’Ohio (USA) à la fin du mois de février. Nommée en hommage à et par Arnold Schwarzeneger, il s’agit d’une des compétitions les plus médiatiques du Bodybuilding professionnel qui réunit les plus grands champions du moment. Cette compétition internationale comprend en réalité plusieurs compétitions, une compétition majeure pour les hommes et trois compétitions pour les femmes.

Le Mister Olympia est considéré comme la plus grande compétition au monde de bodybuilding. Créée à l’origine par Joe Weider pour faire suite au Mr Univers, elle est organisée par l’IFBB et se déroule chaque année pour décerner le titre le plus convoité du bodybuilding professionnel. Le bodybuilder légendaire Larry Scott gagna le titre les deux premières années alors que le record de victoires est détenu par Lee Haney et par Ronnie Coleman à 8 reprises consécutives.     

Quel avenir pour le bodybuilding ?

L’évolution grandissante du marché en termes de création de salle de musculation, du nombre d’adhérents, de marques et de compléments alimentaires laisse présager un futur toujours plus prometteur pour le Bodybuilding amateur et professionnel. Ajoutons pour terminer que la passion pour ce sport hors du commun commence souvent dès l’adolescence et ne s’arrête jamais de progresser. C’est surtout pour cette raison que l’univers du bodybuilding ne cesse d’évoluer et que les athlètes professionnels ou amateurs, malgré leur démesure, savent rester modestes et bienveillants, en ayant à l’esprit que si leur sport est immortel, l’esthétique parfaite de leur corps ne l’est pas encore, du moins, pour l’instant…

Livraison en 48h/72h
60
Tous les programmes de fid´lité BODXL.FR
Méthodes de paiement
01.
Magnum 8000
02.
Serious Mass
03.
100% Premium Mass Gainer
04.
Incredible Bulk
05.
Mutant Mass
06.
Mass Tech Performance Series
07.
Jumbo Proteine
08.
Mass 20
09.
Muscle Milk Gainer
10.
True Mass
 La boutique à Paris

La boutique BODXL de Paris

BODXL est LE spécialiste à Paris et sur internet de la nutrition sportive, des protéines pas chères, whey, gainers, et des régimes de prise de masse, volume musculaire, force endurance, récupération, minceur pour la musculation, le bodybuilding, le fitness et tous les sports.

La boutique

Nutrition | Vêtements | Accessoires | Questions Réponses
Conditions Générales de Vente | Prix | Livraison | Paiement | Confidentialité
Desabonnement | Plan du site | Tags | Boutiques | Contact